mardi 25 novembre 2014

Langue "enfantine" / "Childish" language / Kinderlijk taal



La question que je me pose aujourd'hui concerne la langue que l'on utilise avec ses enfants quand on les élève avec plusieurs langues. Je m'explique. Je n'entrerai pas ici dans les questions d'apprentissage de la parole et du langage. Là n'est pas mon propos. Ce qui m'intéresse ici c'est l'utilisation de certains types de vocabulaire quand on élève des enfants de manière bilingue ou plurilingue. Parfois, quand on a été élevé avec une seule langue, on pourrait avoir tendance à utiliser une langue que j'appellerai une langue enfantine. Je veux dire par là, une langue qui utilise des mots qui ne sont que pour les enfants pour décrire des notions qui ont en réalité un "vrai" mot. Par exemple, je pense à ce que je vois et entends ici en Irlande : pour un oiseau, les gens diront "birdie" au lieu de "bird", le "din din" pour le diner, ils demanderont aux enfants de dire 'tata' pour merci au lieu de "thank you". En France, certaines personnes disent le "wouf wouf" pour le chien , le "bibi" pour le biberon, le "bambi" pour le "faon", le "miam miam" pour le repas. Est-ce une bonne chose ? Je n'entrerai pas dans le débat de l'acquisition de la langue quand il n'y a qu'une seule langue à la maison. 
Par contre, cela peut compliquer l'apprentissage des langues pour les enfants bilingues car en plus d'apprendre le "vrai" mot qu'il leur faut mémoriser dans deux langues, les parents leur ajoutent un langage d'enfants qui ne leur servira à rien.  Je pense donc qu'il faut absolument éviter d'utiliser une telle langue car elle pourrait retarder l'acquisition des langues de la maison. En effet, en pensant bien faire, les parents donnent à leurs enfants une langue qui n'existe qu'à l'oral et qui n'est pas utilisée à grande échelle. 
Parler correctement une langue et utiliser des mots simples et adultes aideront vos enfants à mieux acquérir les langues de la famille. Votre enfant apprendra mieux si vous lui parler souvent et correctement dans votre langue. La correction implique de ne pas utiliser cette langue enfantine. De plus, il développera son vocabulaire grâce aux mots que vous allez utiliser. Leur choix est donc primordial. Il est tout aussi important de faire des phrases correctes et complètes en utilisant des mots précis pour que votre enfant puisse ensuite vous imiter. La langue doit être source de communication, mais aussi de plaisir. Il faut qu'il soit amusant de communiquer, mais ce doit aussi être utile. Un enfant à qui on aura parler de manière enfantine sans faire des phrases complètes et correctes pourrait avoir plus de mal à acquérir la langue et donc à se faire comprendre. Ce qui sera source de frustration, et pourrait faire que votre enfant refuse un jour de parler votre langue. 
Avez-vous utilisé une langue enfantine pour élever vos enfants dans deux langues ou plus ? Si oui, pourquoi ? Je n'ai jamais utilisé une telle langue avec mes propres enfants. J'ai toujours dit à mon mari de ne pas le faire dans sa propre langue. Et en grandissant, ils ont acquis une facilité d'expression naturelle. Ils n'ont pas eu à chercher leurs mots, ni dû apprendre le mot correct car ces derniers étaient déjà en eux. 
J'aimerais bien connaître votre expérience et votre point de vue. Alors, n'hésitez pas à laisser un commentaire ici. 

_____________________

The question I am asking today is about the language we use with our children when we are raising them with several languages. Let me explain. I will not go into the learning issues concerning speech and language. That is not my point. What interests me here is the use of certain types of vocabulary when raising children in a bilingual or multilingual manner. If we grew up with one language, we might be inclined to use a language which I would call a "childish" / "childlike" language. I mean  a language that uses words that are only for children to describe concepts that actually have a "real" word. For example, I am thinking here about what I see and hear here in Ireland: for a bird, people will say "birdie" instead of "bird", they would say the "din din" for dinner, they will ask the children to say "tata"  for instead of "thank you". In France, some people say "woof woof" to the dog, "bibi" to the bottle, the "Bambi" for the "fawn", the "miam miam" for the meal. Is this a good thing? I will not go into the debate of language acquisition when there is only one language at home.
However, it can complicate language learning for bilingual children because in addition to learning the "real" word that they need in two languages, their parents add a language that children will be of no avail to them. So I think it is essential to avoid using such a language as it may delay the acquisition of  language of the home. Indeed, when thinking they are doing good, parents give their children a language that does not exist - only in an oral fashion and is not widely used.
Speaking a language properly and using simple and adult words will help your children learn better the family languages. Your child will learn them better if you talk to him often and correctly in your language. The correction involves not to use this childish language. In addition, your child will develop its vocabulary with the words you will use yourself. Their choice is paramount. It is equally important to speak using correct and complete sentences with specific words that your child can then imitate. The language must be a source of communication, but it must also be fun. It must be fun to communicate, but it should also be useful. A child to whom childish language has been used will without complete and correct sentences could often have difficulties in acquiring the language and thus to be understood. What will be frustrating for him and may make your child refuses one day speak your language.
Did you use a childish language to raise your children in two or more languages? If so, why? I have never used such language with my own children. I always told my husband not to do so in his own language. And growing, my children have acquired a natural ease of expression. They did not have to search their words, nor to learn the correct word because they had them already.
I would like to know your experience and perspective. So, do not hesitate to leave a comment here.


____________________


De vraag die ik stel mezelf vandaag is de taal die we gebruiken met kinderen als ze met meerdere talen worden opgevoed. Laat het me uitleggen. Ik zal niet ingaan op het leervragen van spraak en taal. Dat is niet mijn punt. Wat mij interesseert hier is het gebruik van bepaalde soorten van de woordenschat bij het opvoeden van kinderen in een twee- of meertalige manier. Soms, als we zijn opgegroeid met één taal, zou men geneigd zijn om een taal die ik noem een kinderlijke taal te gebruiken. Ik bedoel dat, een taal die woorden die alleen zijn gebruikt voor kinderen om concepten die eigenlijk een "echte" woord te beschrijven. Bijvoorbeeld, ik denk aan wat ik zie en hoor hier in Ierland: voor een vogel, zullen de mensen "birdie" in plaats van "bird", de "din din" voor het diner zeggen ; ze zullen de kinderen vragen om te zeggen "tata"  in plaats van "thank you". In Frankrijk, sommige mensen zeggen "woef woef" voor de hond, "bibi" voor de zuigfles, de "Bambi" voor de "fawn", de "miam miam" voor de maaltijd. Is dit een goede zaak? Ik zal niet ingaan op het debat van taalverwerving wanneer er slechts één taal thuis.
Door nadelen kan het het leren van talen voor tweetalige kinderen compliceren want naast het leren van de "echte" woord geven hun ouders hun een andere woord die de kinderen hen niets zullen maken. Dus ik denk dat het essentieel is om te voorkomen dat het gebruik van een dergelijke taal als het taalverwerving van het huis kan vertragen. Inderdaad, wanneer de ouders denken om goed te doen,  geven ze hun kinderen een taal die bestaat alleen in mondelinge en dat ze nooit  gebruiken zullen.
Goed te spreken en het gebruiken van eenvoudige woorden zullen uw kinderen het leren het beste familie talen helpen. Uw kind zal beter leren als je met hem vaak en correct in uw taal praat. De correctie houdt dat uw geen kinderachtige taal gebruikt. Daarnaast zal uw kind haar woordenschat met de woorden die u wilt gebruiken ontwikkelen. Hun keuze is van het grootste belang. Het is even belangrijk te spreken met correcte en volledige zinnen met specifieke woorden die uw kind imiteren kunnen zal. De taal moet een bron van communicatie zijn, maar het moet ook leuk zijn. Communiceren moet leuk zijn, maar het moet ook nuttig zijn. Of u met uw kinderen een kinderlijke taal gebruikt zonder volledige en correcte zinnen, kan het moeilijker zijn voor uw kind om de taal goed te verkrijgen. Uw kind kon moeilijkheden dien verstand hebben. Het zal frustrerend zijn en dan kan uw kind weigeren uw taal spreken.
Hebt u een kinderachtige taal gebruiken om uw kinderen op te voeden in twee of meer talen? Ja, waarom? Ik heb nog nooit zulke taal gebruikt met mijn eigen kinderen. Ik zei altijd mijn man niet een zulke taal te gebruiken. Mijn kinderen groeien met 3 talen. Ze hoefden niet naar hun woorden te zoeken, noch om het juiste woord te leren, want ze leerden hen wanneer ze kinderen waren. .
Wat is uw ervaring en perspectief ? Aarzel dan niet om een reactie achterlaten.

the piri-piri lexicon: Myths busted: raising multilingual children bloggi...

the piri-piri lexicon: Myths busted: raising multilingual children bloggi...: As I lay in bed next to my 7-month-old, waiting for him to fall asleep, I think about the conversation I had with a good family friend rece...

mardi 11 novembre 2014

La valise de l'expatrié (e)



Il n'est pas si facile de savoir ce que l'on peut, doit ou veut emporter quand on va s'expatrier pour un, deux, trois années voire plus longtemps.

Il est certain qu'il faut s'y prendre à l'avance et être en mesure de faire le tri. Bien planifier ce que l'on souhaite emporter est extrêmement important.

Il faut se faire une liste des "essentiels" et des "basiques" dont on ne peut se passer et dont on est sûr que l'on aura besoin. Ne pas oublie qu'une fois sur place, il sera possible de faire des courses et donc d'acheter ce qu'il manque. Il faut aussi penser "utilitaire" et ne prendre des vêtements et choses qui seront utiles, qui pourront être utiliser. Il ne faut pas s'encombrer des "inutiles" de la vie de tous les jours. Des "inutiles" qui font plaisir et qui en fait pourraient prendre la place de choses utiles.

Il faut absolument optimiser. Un déménagement pour une expatriation coûte cher… Il faut donc essayer d'optimiser au mieux l'espace que nous avons pour faire les valises, remplir les malles, emballer ce qui va être emporté.

Il est toujours agréable d'avoir des souvenirs. Les jours de blues, on a parfois envie de tourner les pages d'un album photos ou relire un livre qui nous fait du bien. Alors, oui, il faut faire de la place aux souvenirs, à ceux qui nous feront du bien et décoreront notre nouveau "chez nous". Et nous permettront de nous sentir chez nous.

L'électricité… eh oui, on l'oublie parfois. Tous les pays du monde n'ont pas le même système de prise de courant ou n'ont pas le même voltage. Enfourner deux ou trois adaptateurs n'est pas futile.

Surtout, il ne faut pas oublier l'appareil photo, les chaussures de sport pour les randonnées et longues marches de découverte, les manteaux de pluie….
et aussi ….

les papiers : passeports, cartes d'identité, permis de conduire, permis de travail…. etc voir même ordonnance si l'on a des médicaments à emporter. L'idéal est de tout scanner, car en cas de perte, on peut retrouver facilement une copie.

Et, me direz-vous, les langues dans tout cela ? Il ne faut pas non plus les négliger. Elles vous seront bien utilise. Elles font parties des utilitaires, des essentiels dont je parlais plus haut. 
Oui, un dictionnaire bilingue trouvera sa place dans notre valise. Ainsi qu'un petit livre avec des phrases et expressions utiles. Avant de partir, je pense qu'il est bon de discuter en famille du fait que l'on va parler une langue différente dans le pays d'expatriation. Que les enfants s'attendent à une environnement différent, tant géographique et physique que culturel et donc linguistique. 
Si vous avez la chance d'aller vivre dans la capitale, alors vous trouverez sur place une école française, ou britannique ou internationale pour les enfants, où ils devraient pouvoir apprendre la langue locale. 
Sinon, l'idéal est d'essayer d'en apprendre les bases avant le départ et je peux vous expliquer comment le faire (en cliquant ici) ou prendre des cours en arrivant.
Même si certains expatriés préfèrent ou doivent (pour des raisons de sécurité) rester entre eux, je pense qu'il est dommage de passer à côté de la vie locale et de ne pas essayer de communiquer avec les locaux. Quels autres moyens que de pouvoir communiquer avec eux que d'apprendre leur langue ???
Alors oui, dans votre valise d'expat, je vous encourage vivement à ne pas oublier la langue locale qui vous apportera les joies de la vie locale et vous permettra de mieux comprendre ce qui se passe autour de vous.

Des questions ?? Posez-le moi ici.

New Perspectives on Translanguaging and Education

I have just read the book “New Perspectives on Translanguaging and Education”, edited by BethAnne Paulsrud, Jenny Rosén, Boglárka Str...